2013 : fc30.pagesperso-orange.fr devient trains-europe.fr

Rames RRR

Années de construction : 1985 à 1994
Nombre d'exemplaires : 434 remorques
Longueur : Compositions fixes de 3 ou 4 remorques
Vitesse limite : 140 km/h
Radiation : depuis 2010
Equipements particuliers : Réversibilité
Service assuré : Régional

Au milieu des années 80, alors que certaines régions reçoivent des rames RIO, apparaît une demande pour un matériel reprenant le même principe mais plus performant et confortable. Ces nouvelles rames apparaissent à partir de 1985. Leur traction ou pousse peut être assurée à 140 km/h, grâce à des bogies Y34. Les séries utilisables en réversibilité, avec dans certains cas une limitation à 120 km/h, sont :

On retrouve donc les mêmes engins que pour les dernières tranches de RIB et RIO. Les BB 20200 peuvent aussi en théorie fonctionner, mais cette possibilité n'a jamais été utilisée en service. D'autres types de machines ont été utilisés en traction lors de cas exceptionnels : BB 7200, CC 7100, CC 6500, BB 9200...

Les rames sont composées de 3 ou 4 voitures, et ont une composition fixe, modifiable uniquement en atelier (ainsi, quelques rames sont passées à quatre caisses récemment) ; la liaison entre les voitures se fait par des barres d'attelage à la place des traditionnels crochets et tendeurs. Comme pour les RIO et RIB, les marquages correspondent plus à ceux d'automotrices que de voitures ordinaires.

La livraison des rames RRR s'est arrêtée en 1994, après 434 exemplaires, permettant le remplacement des voitures de banlieue Nord / PLM et Est, Bruhat, DEV... Certaines régions ont également fait transformer des rames RIB 60 (jusqu'utilisées en banlieue parisienne) de manière à avoir des caractéristiques proches de celles des RRR. Il y a eu des échanges de rames entre les régions, avec parfois remise en peinture aux couleurs de la région.

La plupart des séries utilisables en réversibilité avec les RRR étant actuellement en cours de radiation, alors que ces rames sont à peine au milieu de leur vie. Une prolongation à grand frais des BB 25500 semblant écartée, il semblerait que la transformation de BB 22200 voire 7200 serait envisagée : actuellement, près d'une centaine de ces machines appartenant à l'activité Fret sont garées faute d'activité. Néanmoins, mi 2010, 14 voitures avaient disparu des inventaires et pas moins de 33 voitures (soit 11 rames) étaient en garage bon état, signe d'un manque d'activité ou d'une prochain radiation. A noter que six rames Rhône Alpes ont été mises à quatre caisses, les rames d'où proviennent ces caisses supplémentaires étant radiées.

Aménagements et livrées

Contrairement aux rames RIO et RIB, il n'y a que deux portes par face ; chacune possède deux ventaux coulissants. Les cabines sont renforcées, avec un masque en polyester. Il en est de même pour l'extrémité côté locomotive. La caisse est en acier inoxydable (inox) non peint, sauf au niveau des baies et des masques d'extrémité, peints dans une des quatre couleurs des TER de l'époque : jaune, rouge, vert ou bleu.

Deux types d'aménagements, tous à quatre places de front, existaient à l'origine :

Toutes ces variantes peuvent avoir été commandées soit par la SNCF, soit par les régions elles-mêmes.

Avec les rénovations opérées depuis 2002, les aménagements changent radicalement selon la Région propriétaire, avec des sièges type AGC ou ATER, et parfois la pose de la climatisation.

ZR BDxw

Voiture pilote de seconde classe, avec compartiment fourgon et frein à vis. 139 exemplaires : 98 ont été achetées par la SNCF, 41 par les régions. 72 places en version régionale à sièges type Z2, 74 en version régionale "Compin", 88 en version périurbaine.

ZR Bz  

Voiture intermédiaire, de seconde classe. 96 exemplaires : 64 SNCF, 32 régionaux. 88 places en version régionale "Compin", 100 en version périurbaine.

ZR ABz

Voiture intermédiaire mixte première et seconde classe, 60 exemplaires construits : 42 SNCF et 18 pour les régions. Certaines ont été intégralement déclassées, devenant des ZRBz. Existant seulement en version régionale, les remorques à aménagement type Z 2 ont 18 places de première classe et 66 de seconde, tandis que les suivantes ("Compin") en ont respectivement 18 et 68.

ZR AB

Voitures d'extrémité côté locomotive,139 exemplaires : 98 ont été achetées par la SNCF, 41 par les régions. En version régionale, 18 (type Z2) ou 20 places de première classe et 73 de seconde ; en version périurbaine, 24 de première et 81 de seconde.

Vu que les aménagements côté première classe sont quasi identique à ceux de la seconde classe excepté la sellerie des sièges, des déclassements ont pu avoir lieu sans que la capacité des rames ne change.

Au total, 434 voitures ont été commandées : 302 par la SNCF, 132 par les régions. On a donc 8 rames SNCF à 4 caisses et 90 à 3 caisses ; 32 autres rames à 3 caisses appartenant aux Régions, ainsi que 9 rames à 4 caisses. Au final, cela nous donne 17 rames à quatre caisses et 122 à trois caisses.

Compositions d'origine

Rames à trois caisses :

ZRBDxw + ZRABz + ZRAB + locomotive

50 rames, aménagements obligatoirement de type régional : 40 places de première classe et 213 de seconde classe (total 253 places).

ZRBDxw + ZRBz + ZRAB + locomotive

72 rames, 20 places de première classe et 233 de seconde en version régionale (total 253 places) et 24 de première, 269 en seconde en version périurbaine soit une capacité totale de 293 places.

Rames à quatre caisses :

ZRBDxw + ZRBz + ZRABz + ZRAB + locomotive

Seulement deux rames ont adopté cette configuration (ce sont les premières construites, pour la région Midi Pyrénées). Aménagements de type régional, 40 places de seconde classe et 301 de seconde classe (total 341 places).

ZRBDxw + ZRBz + ZRBz + ZRAB + locomotive

15 rames, à aménagements de type régional : 20 places de première classe et 321 de deuxième (la capacité totale reste la même, à 341 places).

Les modernisations

A l'occasion des passages en révision, les régions ont voulu personnaliser leur matériel, avec un nouvelle livrée extérieure aux nouvelles couleurs gris et bleu des TER en plusieurs variantes, selon le positionnement du bandeau et la présence de pelliculages, et souvent des aménagements revus. Suite aux différentes rénovations choisies par certaines régions, certaines rames ont été équipées de la climatisation, d'autres ont été mises à classe unique d'où un changement dans les dénominations.

Inventaire d'origine et évolution

A partir de recoupements entre les différentes sources (Trains du Sud Ouest, Le Train, Rail Passion...), j'ai pu dresser un premier inventaire correspondant au parc initialement affecté à chaque région, puis essayer de retracer les différentes mutations effectuées.

Pour chaque région est inscrit : l'effectif initial et le parc actuel (c'est à dire mi 2011), avec en commentaires l'historique et les modifications apportées. Attention, à certaines périodes de l'année (principalement en été) où le trafic est moindre, une partie des rames est placée en Garage Bon Etat et se retrouve donc hors des inventaires traditionnels.

Rame de réserve SNCF : 1, à 3 caisses Actuellement en Bretagne

Cette rame rouge à trois caisses numérotée "0" n'était pas affectée en permanence à une région, car servant de matériel de réserve.

Rames Alsace : 24, à 3 caisses Parc inchangé

Ces 24 rames à trois caisses à l'origine en livrée rouge ont été rénovées en 2006 avec livrée TER classique, pose de la climatisation et mise à classe unique (sièges type X 73500). Associes à des BB 67400 et 16500, ces dernières ont récemment été remplacées par des BB 25500.

Rames Aquitaine : 2, à 4 caisses Vendues à la région Midi Pyrénées

En livrée rouge, ces deux rames à quatre caisses sont les dernières à avoir été construites, en 1994. Associées à des BB 8600, elles ont été vendues courant 2009 à la région Midi Pyrénées qui voulait les radier dès 2011 mais les a finalement maintenues en service en attendant la livraison des automotrices Régiolis prévues pour 2013.

Rames Auvergne : 5 à 3 caisses Actuellement : 7 rames à 3 caisses

Ces cinq rames à trois caisses à l'origine en livrée verte ont été rejointes par deux rames ex Haute Normandie subi une rénovation avec livrée TER et motifs verts sur les portes mais sans pose de la climatisation ; leur traction / pousse s'effectue généralement avec des BB 67400.

Rames Bourgogne : 4 à 3 caisses et 3 à quatre caisses Parc inchangé

Initialement en livrée jaune, ces rames ont été rénovées à partir de 2007 avec pose de la climatisation, sièges type AGC et livrée de la région : base TER "classique (gris et bleu), chaque caisse avec un bandeau et une porte en jaune (côté locomotive), l'autre ainsi que la cabine étant en rouge.

Rames Bretagne : 11, à 3 caisses Actuellement : 12 rames en service et deux remorques isolées

Livrée verte pour ces 11 rames à trois caisses associées à des BB 67300 et 25500 aussi bien à châssis long ou court, modernisation vers 2004. Ce parc a été complété par la rame de réserve car une des rames a subi un accident à un passage à niveau ; elle est encore à l'inventaire bien que n'étant plus utilisée en service commercial car ayant eu une remorque réformée.

Rames Franche Comté : 5, à 3 caisses Parc inchangé

Ces cinq rames à trois caisses (N°4, et 6 à 9) avaient une livrée bleue à l'origine ; modernisation vers 2007 avec livrée TER et mise à classe unique, traction par BB 25500.

Rames Haute Normandie : 9, à 3 caisses Parc dissous en 2010

Pourvues d'une livrée rouge et utilisées avec des BB 16500, ces neuf rames à trois caisses n'ont quasiment plus été utilisées suite à la livraison des AGC en 2007. Elles ont alors été vendues à d'autres régions (2 en Auvergne et PACA), les dernières disparaissant en 2010.

Rames Languedoc Roussillon : 5, à 3 caisses Vendues à la région PACA

Ces cinq rames à trois caisses (N°311 à 315), initialement jaunes, ont juste subi une remise en peinture aux couleurs TER gris et bleu au début des années 2000, sans aucune modification des aménagements intérieurs (ce fut également le cas pour des rames Z2). Suite à l'arrivée des Z 27500, ces rames ont été revendues à la région PACA, qui les a modernisées.

Rames Lorraine : 8, à 3 caisses Actuellement : 7 rames à 3 caisses

D'abord associées à des BB 16500 et en livrée jaune, ces huit rames à trois caisses ont été rénovées avec livrée TER et motifs jaunes sur les portes ; la traction est désormais effectuée avec des BB 25600. Il est arrivé que ces machines soient également utilisées sur des relations transfrontalières, tractées par des BR 181.2 de la DB ou des BB 67400.

Rames Midi Pyrénées : 5, à 4 caisses Actuellement 7 rames à 4 caisses

En livrée bleue et associé à des BB 8600 et 67400, le parc se composait initialement de quatre rames à trois caisses qui ont été les premières à être construites. Jugées inconfortables, elles ont été cédées quelques années plus tard à la région PACA et remplacées par le même nombre de rames dotées d'intérieurs plus confortables. Ces quatre rames à trois caisses (N°1 à 4) ont ensuite été complétées par deux rames à quatre caisses (N° 7 et 8). Ces rames sont rénovées avec livrée TER et portes orange. Elles ont été rejointes en 2008 par les deux rames ex Aquitaine, en version d'origine rouge en piteux état... Ces rames devraient être radiées lorsque la livraison des automotrices Régiolis aura eu lieu.

Rames Nord Pas de Calais : 8, à 3 caisses Parc inchangé

Reçues en livrée jaune et associées à des BB 16500, 67300 ou 67400, ces huit rames à trois caisses ont été modernisées en 2006 - 2007 avec livrée TER, portes jaunes et mise à classe unique, sans que la climatisation soit posée.

Rames Pays de la Loire : 3, à 3 caisses Parc inchangé

Utilisées en commun avec les rames Bretagne, ces trois rames à trois caisses ont été rénovées avec livrée TER.

Rames Picardie : 11, à 3 caisses Actuellement : 8 rames à 3 caisses

Ces 11 rames à trois caisses étaient à l'origine en livrée verte et associées à des BB 16500 et 67400. Effectuée dès 2002, la modernisation consista en une mise aux couleurs TER actuelles, sans pose de la climatisation.

Rames PACA : 12, à 3 caisses Actuellement : 23 rames à 3 caisses

Complété dès la fin des années 80 par quatre rames à trois caisses ex Midi Pyrénées (qui les a troqué contre des rames neuves pour cause d'inconfort) et par deux RIO 88 (relations autour de Nice), ce parc a été engagé à partir de 1988 sur les trains du Val de Durance (Marseille - Briançon) en remplacement des X 4900. Vu leur mauvais comportement, elles ont rapidement été remplacées par des rames classiques et cantonnées à des relations plus courtes sur des lignes à profil plus facile.

Ces rames, toutes à trois caisses, ont été complétées par des rames ex Languedoc Roussillon (5) et Haute Normandie (6) au milieu des années 2000 et sont rénovées depuis 2007 avec des aménagements intérieurs neufs (nouveaux sièges, nouvelles cloisons vitrées), une livrée extérieure type TER avec portes jaunes et la pose de la climatisation. Les compositions sont du type BDuxw + Buz + ABuxw + locomotive (BB 67400 ou 25500, bientôt, BB 22200).

Rames Rhône Alpes : 14 à 3 caisses et 10 à 4 caisses Actuellement : 6 rames à 3 caisses et 16 à 4 caisses

Possédant initialement cinq rames à trois caisses à aménagement "périurbain" en livrée rouge (N°1 à 4 et 11) reçues dès 1985 et associées à des BB 25500, ce parc, propriété de la SNCF, a rapidement été renforcé par les N° 36 et 46 (jaunes) et 34, 37 à 39 (bleues).

En 1987, des rames rouges à quatre caisses (D, E, F et G) ont été reçues pour améliorer la liaison "Stélyrail" (Lyon - St Etienne avec des BB 8500 puis 9600), et enfin de 1992 à 1994 la région a acheté trois rames à trois caisses (N° 59 à 61) et six à quatre caisses (J, K, L, M, N et P), associées à des BB 67300 et 67400. Le parc Rhône Alpes s'est donc stabilisé entre le milieu des années 90 et 2010 à 14 coupons à 3 caisses et 10 à quatre caisses.

Toutes les rames livrées de 1985 à 1988 (soit 11 à trois caisses et quatre à quatre caisses) ont été rénovées avec livrée TER, les autres restant en état d'origine. En 2010, les rames 3 et 36 ont été mises à quatre caisses et sont devenues les rames S et T en récupérant la remorque centrale des rames 11 et 34, qui ont été radiées et n'ont jamais circulé dans leur composition à deux caisses.

Fin 2011, la même manipulation a à nouveau eu lieu suite au retrait de ces rames des relations vers Roanne : les rames U (ex 1), V (ex 34), W (ex 38) et X (ex 59) ont été créées à partir des remorques intermédiaires des rames 2, 4, 39 et 61 qui ont été immédiatement radiées. Du côté des rames restées à trois caisses, des réformes ont également été prononcées.

A priori, seules les rames à quatre caisses restent utilisées, sur l'axe Chambéry - Grenoble - Valence, qui est en cours d'électrification. Lorsque les travaux seront terminés (2014 ?) il est probable que ces rames soient  radiées, ainsi que les BB 67300 qui leur sont associées.

Bilan

On peut constater que le parc de certaines régions a été supprimé ou est très peu utilisé malgré son âge récent : à terme,  les rames seront rassemblées dans  quelques régions qui continueront à les utiliser avec de "nouvelles" locomotives (BB 22200 adaptées), mais les radiations ont déjà commencé.

Ce matériel peut donc paraître comme ayant été un achat peu judicieux vu sa faible durée de vie et le problème prévisible des locomotives associées, mais il a répondu à un réel besoin de renouvellement du parc régional et de développement des relations TER. Le matériel ex grandes lignes (certaines DEV, USI et UIC), bien qu'ayant une durée de vie résiduelle alignée sur celle du parc moteur, n'était de toute façon pas adapté aux relations périurbaines, et la commande d'automoteurs "modernes" n'était pas encore possible, les Régions n'étant pas encore prêtes à financer leur matériel.