2013 : fc30.pagesperso-orange.fr devient trains-europe.fr

Fourgons porte autos SNCF

A la fin des années 50, le développement des automobiles particulières constitue déjà une forte concurrence pour le transport ferroviaire. Néanmoins, effectuer de longs trajets à une époque où le réseau autoroutier commence juste à être construit reste difficile : il y a une demande croissante pour pouvoir emporter avec soi son véhicule tout en voyageant en train. En 1957 est donc ouverte la première relation "Train Auto Couchette", comportant des voitures couchettes et des fourgons porte autos.

TA 60 puis 260 : 230 exemplaires

Faisant partie du parc marchandises de la SNCF, ces wagons ont été utilisés en renfort sur les services TAC. Ils appartiennent à la STVA (Société de Transport de Véhicules Automobiles) et ont été construits à 230 exemplaires à partir de 1960.

DD 66 : 150 exemplaires

Construits entre 1966 et 1968, ces fourgons porte autos sont véritablement destinés à être incorporés avec des voitures voyageurs : ils peuvent rouler à 160 km/h et sont équipés de toutes les conduites (système de freinage, alimentation 1500 V, ligne de sonorisation UIC) correspondantes (en théorie, ils peuvent être placés n'importe où dans la rame, y compris dans des rames réversibles). Des engins similaires ont été construits pour des réseaux étrangers (SNCB en Belgique, DR en Allemagne de l'Est...).

A partir de 2003, la série fut en cours de réforme mais posa problème quant à sa démolition (les longerons sont remplis d'amiante) : ces fourgons sont donc garés en attendant qu'une solution satisfaisante soit trouvée. Au premier janvier 2012, un seul exemplaire était encore à l'inventaire. Certains exemplaires ont été revendus au Gabon ou en Grèce.

DD : 50 exemplaires

Version simplifiée des fourgons de 1966, ces véhicules construits en 1983 sont limités à 140 km/h. Eux aussi ont été réformés de 2003 à 2011.

UAss : 71 exemplaires

Construits en 2004 et 2005, ces fourgons longs de 31 m permettent d'embarquer des autos ayant une hauteur plus importante. En revanche, il s'agit plus d'un matériel marchandises appartenant à la division Voyages France Europe (VFE) de la SNCF que d'un véritable matériel grandes lignes : il n'y a pas de câble 1500 V même si la vitesse maximale reste fixée à 160 km/h. Ils remplacent les séries plus anciennes sur les quelques liaisons train - auto encore ouvertes. Depuis fin 2011, ces engins ont le monopole du maigre parc destiné à ces relations, et une partie d'entre eux est garée en morte saison.

A noter qu'actuellement, les fourgons porte autos et les voitures voyageurs ne sont plus incorporés dans la même rame, sauf pour la relation Paris - Briançon.