2013 : fc30.pagesperso-orange.fr devient trains-europe.fr

BB 67200

La série en chiffres :
Alimentation : 1 Moteur Diesel Pielstick

Configuration des essieux : BB (bogies monomoteurs)

Puissance : 2000 Ch. (1250 kW)

Poids : 83 t<

Longueur : 17,09 m

Chaîne de traction : génératrice + deux moteurs à courant continu

Vitesse maximale : 90 km/h

Equipements spéciaux : UM, TVM 300 ou 430

Date de construction : 1963 à 1968 ; transformation en BB 67200 de 1980 à 2005

Date de retrait :  

Nombre d'exemplaires : 80 (ex BB 67000)

Numéros : BB 67201 à 67280 ex BB 67000

A la fin des années 70, alors que les BB 67000 sont toutes cantonnées au service marchandises, la baisse du trafic et les nouvelles électrifications rendent celles- ci sous employées. Pour réduire ce surnombre, dix neuf machines de la dernière série sont transformées en BB 67371 à 89 en recevant la réversibilité, le chauffage électrique et un couple 140 Km/h. Malgré cela, le taux d’utilisation ne cesse de diminuer. Certaines machines vont d’abord être utilisée sur le chantier de la ligne TGV Paris- Lyon ; leur capacité de circuler en unité multiple et leur puissance, permettent de tracter de forts tonnages dans les sévères rampes de la ligne, poussent la SNCF à transformer un premier lot de BB 67000 en 67200. Pour cela, elles reçoivent la signalisation en cabine TVM et, à une extrémité, un attelage automatique permettant de remorquer un TGV en panne. Elles circulent normalement toujours par paire ; des couplages sont positionnés en attente à la plupart des bretelles d’accès à la LGV. Les autres machines sont soit garées en réserve, soit utilisées la nuit sur les trains de maintenance, ou sont engagées avec des BB 67000 ordinaires sur d’autres lignes avec des trains de marchandises.

Cette transformation étant concluante, une grande partie des BB 67000 dont l’utilisation était en chute libre va être progressivement transformée en BB 67200 pour effectuer ce service, qui nécessite un nombre croissant de machines vu l’accroissement du nombre de lignes à grande vitesse. En 1999, lors de la répartition du parc par activités, la série est d’abord affectée à Grandes Lignes, puis passe en 2001 à l’Infrastructure. Avec la radiation des BB 67000 fin 2004, le programme de transformation en BB 67200 touche donc à sa fin : il s’arrêtera à la 67280 (quelques 67000 en bon état ont été conservées pour être transformées courant 2005). Le parc de BB 67200 sera donc suffisant pour le TGV Est, mais devra être probablement épaulé par une autre série pour les autres futures LGV. Cependant, vu sa faible activité, l’indispensable parc des BB 67200 a un fort potentiel kilométrique, et durera encore au moins une décennie.

Quatre machines (dont les 67250 et 51) ont reçu des prises supplémentaires sur leurs faces pour être reliées aux voitures de mesures destinées à l’entretien des lignes tant à grande vitesse que classiques. Les autres machines n’ont pas subi de modifications, excepté la mise en place de la TVM 430 à la place de la version 300 sur celles transformées après 1992.

Livrées

Leur livrée est proche de celle des BB 67000 après révision générale : bleue à bandes blanches, dessinée par Paul Arzens, avec toujours des cabines renforcées et des feux rouges. Le marquage est blanc, en autocollants (sauf le logo frontal, qui est en relief). Le logo SNCF latéral a bien sûr évolué. Certaines machines ont conservé leurs persiennes en inox en forme de flèche. La BB 67210 a reçu en 2002 une livrée prototype Infrastructure : elle reprend la livrée Fret des BB 67300 / 67400 mais avec du jaune or au lieu du vert. La flèche en inox a été conservée. Elle n’a pas été étendue à d’autres machines même si un grand nombre d’entre elles nécessiteraient un passage dans la cabine à peinture…

 
La BB 67259, hélas taguée, en gare d'Alès

Galerie photo des BB 67200