2013 : fc30.pagesperso-orange.fr devient trains-europe.fr

2D2 5000

La série en chiffres :
Alimentation : 1500 V continu

Configuration des essieux : 2D2

Puissance : 2908 kW

Poids : 122 t.

Longueur : 16,8 m.

Chaîne de traction : rhéostat + 4 moteurs de traction à courant continu

Vitesse maximale : 120 km/h (100 en pratique)

Equipements spéciaux :  

Date de construction : 1932 à 1936

Date de retrait : 1966 à 1970

Nombre d'exemplaires : 24

Numéros : 2D2 5001 à 25 ex E 4801 à 24 MIDI

La compagnie du Midi, pionnière dans l'électrification de son réseau, ne disposait pourtant pas de locomotives puissantes et rapides au début des années 30. Alors que sa voisine la compagnie du P.O. (avec laquelle elle fusionnera en 1934) a mis au point des locomotives 2D2 type E500 donnant entièrement satisfaction, elle préfère concevoir son propre modèle, en conservant cette disposition d'essieux. Comme pour ses locomotives de configuration BB, la caisse a une forme très dépouillée, cubique avec des rivets apparents.

Hélas, dès les premiers essais apparaissent des problèmes de suspensions, qui ne seront jamais totalement résolus malgré de nombreuses modifications. La vitesse maximale prévue à 120 km/h devra rapidement être abaissée à 100 km/h. Pour autant, cela n'empêche pas la série d'être utilisée en service voyageurs sur les grands axes électrifiés du réseau, à savoir Bordeaux - Hendaye, Bayonne - Toulouse - Narbonne - Sète. A partir de 1946, leur rayon d'action s'accroit avec l'électrification de Sète - Nîmes, mais les trains les plus rapides sont progressivement assurés par des machines ex PO.

Au fur et à mesure de la livraison d'engins plus rapides et plus modernes pendant les années 50 et 60, la série va se voir confinée au trafic marchandises. L'arrivée des BB 8500 à partir de 1965 marquera leur remplacement, les dernières unités disparaissant en 1970 sans qu'aucune ne soit conservée.