2013 : fc30.pagesperso-orange.fr devient trains-europe.fr

Z 5100

La série en chiffres :
Alimentation : 1500 V continu

Configuration : motrice Z BD 5100
0, 1 ou 2 remorques intermédiaires ZR B 25100
remorque pilote ZR AB 15100

Puissance : 880 kW

Poids : si rame à 2 caisses : 94 t.
si rame à 3 caisses : 128 t.
si rame à 4 caisses : 162 t.

Longueur : si rame à 2 caisses : 45,7 m.
si rame à 3 caisses : 68,5 m.
si rame à 4 caisses : 91,3 m.

Chaîne de traction : rhéostat, quatre moteurs de traction 750 V continu

Vitesse maximale : 120 km/h

Equipements spéciaux : fourgon, UM jusqu'à 3 éléments

Places de première classe : 40 places

Places de seconde classe : si rame à 2 caisses : 122 places
si rame à 3 caisses : 210 places
si rame à 4 caisses : 298 places

Date de construction : 1953 à 1958

Date de retrait : 1989 à 1998

Nombre d'exemplaires : 82 rames

Numéros : Z 5101 à 5182

Emblématiques du matériel de banlieue d'après guerre, les automotrices Z 5100 sont apparues en 1954. Tout comme les Z 3700, leurs caisses sont en inox, mais les autres caractéristiques sont plus classiques (on notera quand même la présence d'attelages automatiques Schwarfenberg).

D'abord livrées en composition bicaisse (motrice Z BD 5100 + remorque pilote ZR AB 15100), ces rames ont reçu une remorque intermédiaire ZRB 25100 à partir de 1957. Enfin, en 1963, 16 rames destinées aux relations directes ont reçu une quatrième caisse, au détriment des accélérations.

Une rénovation intérieure avec pose de feux rouges a eu lieu à partir de 1974, mais l'arrivée des premières automotrices à deux niveaux Z 5600 en 1982 entraîna la mutation de quelques éléments en province (six à Lyon jusqu'en 1989, une vingtaine d'autres à Tours), tandis que sept autres sont adaptés pour le troisième rail 750 V en 1985.

Victimes de l'arrivée des Z 20500, les radiations commencèrent dès 1989. En province, les services furent concentrés sur les régions de Tours, Orléans, et Bordeaux, reliées par quelques omnibus ; les derniers services de banlieue furent arrêtés en 1993, tandis que les engins affectés à Tours furent utilisés jusqu'en 1998. Trois rames auraient été conservés mais ne semblent plus rouler.