2013 : fc30.pagesperso-orange.fr devient trains-europe.fr

Chemins de fer espagnols - RENFE

Isolé des autres chemins de fer européens du fait de son écartement spécifique, le réseau Espagnol est longtemps resté sous développé, seules quelques lignes ayant été électrifiées en 1500 V continu à partir des années 20. Il bénéficie cependant de nombreuses modernisations à partir des années 50 avec même des constructions de nouvelles lignes et nouvelles électrifications, en 3000 V, mais le trafic reste à des niveaux faibles et subit la concurrence toujours plus forte de la route.

En 1985, un plan prévoit la suppression de 3065 km de lignes; seuls 913 km le seront effectivement (depuis, 1000 autres kilomètres ont eux aussi été fermés). Cependant, avec l’entrée de l’Espagne dans l’Union Européenne, de nombreux travaux ont été lancés, avec notamment la mise en service de l’AVE Madrid – Séville en 1992. Le réseau électrifié, quant à lui, avait bénéficié de nombreux travaux à partir de la fin des années 60, avec la suppression du 1500 V continu (terminée en 1984) et l'augmentation des vitesses (160 km/h à partir de 1986).

Le programme de lignes à grande vitesse est aujourd’hui très important, et le réseau espagnol a maintenant comblé son retard par rapport aux autres réseaux européens, notamment au niveau des infrastructures et du transport de voyageurs, avec des réseaux de banlieue, à grande vitesse et de nuit très développés.

On peut maintenant parler parfois de deux réseaux espagnols (1435 mm 25000 V 50 Hz et 1668 mm 3000 V continu ou thermique), car contrairement aux autres pays européens, les lignes à grande vitesse sont totalement indépendantes ou presque du réseau classique. Elles forment un véritable réseau, desservant à terme la plupart des grandes villes, en parallèle des lignes à écartement large. Les échanges entre les deux réseaux sont permis par la généralisation du matériel à écartement variable; il n’est cependant plus envisagé de convertir à la voie normale l’ancien réseau à court terme, mais tous les nouveaux matériels et les nouvelles infrastructures posées permettent un éventuel changement (y compris les traverses).

Le trafic marchandises, peu développé, très fortement concurrencé par la route et ne concernant depuis une vingtaine d'années que les trains complets, est resté confiné à la voie large jusqu'à la connexion au réseau français avec la LGV Perpignan – Figueras fin 2010 pour les marchandises et mi 2013 pour la grande vitesse, permettant de relier le port de Barcelone à Toulouse et la région lyonnaise.

Trains à grande vitesse, automotrices et autorails

Locomotives électriques et Diesel

Voitures