2013 : fc30.pagesperso-orange.fr devient trains-europe.fr

Se lancer dans le modélisme

Pour se lancer dans le modélisme, le choix d'un coffret de départ est très important : il convient de donner de bonnes bases au réseau, sous peine d'avoir de sérieuses déconvenues... Dans tous les cas, la commande s'effectue soit en modifiant directement la tension (commande "analogique") soit en envoyant via la voie des signaux à la machine, équipée d'un décodeur (commande "digitale"). Ce dernier cas permet d'utiliser indépendamment plusieurs convois et d'activer ou non des fonctionnalités comme l'éclairage. Cette solution, en plein essor, mérite que l'on se pose la question dès le début :

Analogique ou digital ?

Le système analogique, très simple et peu onéreux, atteint rapidement ses limites, dès que l'on veut commander séparément plusieurs convois, il faut isoler une partie du réseau. Il permet de réaliser des montages intéressants à partir de notions d'électricité très simples (feux rouges, système de cantonnement...).

La commande digitale, plus onéreuse, est devenue intéressante dès que l'on a au moins deux engins sur le réseau : ils deviennent totalement indépendants ce qui simplifie grandement le câblage du réseau et évite la création de zones neutres alimentées par plusieurs transformateurs. On peut ainsi commander séparément les feux, activer ou non la sonorisation des locomotives, voire même dételer à distance la rame... Les coffrets de départ "modéliste" sont aujourd'hui majoritairement à commande digitale, avec un prix avantageux (économie d'une centaine d'euros par rapport à des achats au détail).

Le site "Espace rails" vous permet de choisir quelle commande digitale choisir ; dans tous les cas il faut prendre un système au format standard "DCC" pour ne pas dépendre d'un seul constructeur.

Le coffret de départ

Eviter les coffrets comprenant un TGV : ce dernier est une version d’entrée de gamme, très éloignée des « vrais » modèles (pas d’éclairage, pas d’aménagements intérieurs, peu de détails, motorisation…), il n’existe le plus souvent pas de remorques supplémentaires (il conservera donc un aspect « raccourci » peu réaliste) et ne permet pas de manœuvres. La voie est souvent réduite à un simple cercle, sans aiguillages ni possibilités de manœuvres : il deviendra vite ennuyeux…. De même, éviter les coffrets bas de gamme : le matériel est peu réaliste et de piètre qualité… De toute façon, ils ne sont jamais disponibles avec une commande digitale.

Choisir plutôt un coffret de marque comprenant quelques wagons, une bonne locomotive (un bon fonctionnement est primordial), un bon transformateur. Même si il est plus cher, ce sera une bonne base pour se lancer dans le modélisme ; comparé à l'achat séparément de la voie, du système d'alimentation et du matériel roulant, le gain est énorme. Le cas échant, le compléter par quelques aiguillages et voies de garages, pour permettre des manœuvres (un simple ovale est ennuyant à la longue). Enfin, mieux vaut avoir déjà fait le choix entre analogique et digital (changer de système d’alimentation après coup coûte beaucoup plus cher).

Privilégier des voies courbes ayant un rayon d’environ 45 cm : en dessous de cette valeur, certains véhicules auront du mal à passer (le rayon de 37 cm proposé par certains fabricants est insuffisant, notamment pour les voitures Corail de tous les fabricants). Certains coffrets comportent des maquettes en carton ou en plastique qui permettront d’égayer le décor.

Pour moins de 100 €, on peut trouver des coffrets ROCO avec une locomotive de bonne qualité, quelques wagons et un cercle de rails ; souvent, le matériel est d’inspiration germanique. SAI PIKO propose des coffrets de départ avec une BB 67400 ou 66000 et du « vrai » matériel (wagons de marchandises) reproduisant bien la réalité. La voie jointe est de bonne qualité et permet de nombreuses manœuvres. Commande analogique (environ 130 €) ou digitale (environ 170 €). JOUEF propose également un coffret pour environ 80 €, avec un ovale de voie et des wagons d'entrée de gamme, mais la locomotive BB 67400 a une partie mécanique très intéressante et constitue une bonne base pour les amateurs de super-détaillage et autres modifications du matériel roulant.

Pour l'amateur chevronné voulant passer au digital, ROCO propose à partir de 300 € des coffrets comportant un ovale de rails, une locomotive et des wagons / voitures identiques à ceux vendues au détail, et une centrale digitale "Multimaus".

Choisir la voie

Les marques de voies les plus répandues sont PECO et ROCO ; il faut faire attention au « code » (hauteur du rail, en centièmes de pouce) : il existe des voies de code 100, 83 ou 75, des éclisses spéciales sont nécessaires pour assurer la transition entre des types de voies différents. Certains types de voies (FLEISHMANN Profi, ROCO Geoline) reproduisent plus ou moins bien le ballast : elles sont plus bien chères, mais aussi plus rigides (grand avantage pour les réseaux "provisoires") et permettent de dissimuler certains équipements (moteurs d'aiguillage).

Chez certaines marques d’origine britannique (PECO, HORNBY-JOUEF), les aiguillages alimentent seulement la voie choisie (ce qui est plutôt un avantage en analogique, mais un inconvénient en digital), et ne peuvent être franchis en talonnement (« dans le mauvais sens »)  : si on refoule le train alors qu’il ne se trouve pas sur la voie aiguillée, il va dérailler. Les modèles des autres marques (ROCO, PIKO, MEHANO, FLEISCHMANN)  sont plus classiques, le câblage du réseau est donc plus simple.

Où acheter ?

Fuir les grandes surfaces : hormis à Noël (et encore...), on n’y trouve rien. Pour les fêtes de fin d’année, il y a parfois quelques coffrets de départ (genre TGV avec un ovale de voie), souvent trop chers en regard de leurs prestations.

Du côté des marchands de jouets, la situation est à peine meilleure : cela dépend selon le magasin, beaucoup ne proposent plus rien, d’autres vendent hors de prix des modèles en stock depuis dix ans, mais on peut aussi avoir de bonnes surprises, avec un bon choix de maquettes et de rails…

Les magasins de vente par correspondance sont en général sérieux, mais il faut toujours prendre des précautions quant à la disponibilité réelle, au paiement et au transport. La plupart ont un site Internet, ce qui permet de comparer les tarifs ; il ne fait pas oublier de prendre en compte les frais de port. Les sites de ventes aux enchères (Ebay) sont à éviter : les prix sont trop élevés (du matériel est revendu plus cher que son prix d’origine !), alors que l’on ne voit rien du matériel, et les cas d’arnaques ne sont pas rares…

Les bourses et autres expositions de modélisme sont à la fois le meilleur et le pire : d’un côté, il y a souvent des stands de magasins réputés, avec des prix très intéressants, l’absence de port (et des frais et risques qui en découlent) et la possibilité de tester le matériel. A l’envers du décor, il y a énormément de matériel d’occasion vendu à des prix exorbitants, alors qu’il est souvent en mauvais état !

Enfin, les magasins de modélisme vendant des trains sont assez peu nombreux (beaucoup sont spécialisés dans les autos ou l’aéromodélisme) et sauf si on habite dans certaines grandes villes (Paris, Lyon, Lille, Clermont Ferrand), il y a peu de chances de trouver un magasin à proximité. Par contre, même si les tarifs ne sont pas parfois les plus compétitifs, ces magasins permettent de voir le matériel, de le tester et d'assurer un service après vente, avec de nombreux conseils.

Plusieurs marques produisent en série limitée (LS MODELS, SAI-PIKO), il est donc préférable de réserver chez le détaillant avant même que le modèle soit commercialisé : les stocks sont très réduits, et il devient difficile de trouver le modèle convoité après quelques mois.